Pas d'exploit pour l'Asptt Albi à Juvisy

Même si Juvisy n'est pas à sa place au classement, les Franciliennes restent une équipe majeure du championnat. Ses récents déboires (trois revers, un nul) s'expliquaient notamment par l'absence de Gaëtane Thiney. L'attaquante internationale avait effectué sa rentrée mercredi dernier à Saint-Étienne sans pouvoir stopper l'hémorragie (défaite 2-0). Hier, à Viry-Chatillon, sous un crachin glacé, la capitaine locale s'est procuré la première occasion du match (8e) et même la dernière (89e) sans être décisive. Mais sa seule présence a redonné du corps à l'ensemble, qui s'est vite mis à l'abri et s'est donc rassuré. Et Albi dans tout ça ? Après la parenthèse enchantée en Coupe de France contre Montauban (4-0), les Tarnaises n'ont pas démérité.

Albi tire la quintessence de ses moyens

Plutôt bien organisées, appliquées dans le placement et le replacement, agressives, elles ont tiré la quintessence de leurs moyens. Bien sûr, comme souvent devant pareille équipe, la possession n'a pas été suffisante et l'utilisation du ballon est restée stérile, malgré quelques mouvements prometteurs.

Si Juvisy n'avait plus gagné… depuis l'aller à Albi (3-0, 30 octobre), l'ASPTT espère décrocher un résultat positif lors de la réception de Soyaux, dimanche prochain.

D'ici-là, les Albigeoises vont sans doute jeter un œil sur la vidéo du match d'hier. Elles auront la confirmation de leur entame un peu compliquée et surtout de leur manque de réussite. Sur un terrain inégal, le centre-tir de Gréboval, un brin dévissé, acheva en effet sa course au fond des filets de Perrault (9e). Un coup du sort mais une ouverture du score logique tant la maîtrise technique locale fut indiscutable. Après une occasion manquée par Diani (18e), Juvisy doubla la mise par Catala, auteur d'un enchaînement crochet-frappe imparable (28e).

Si Perrault évita le naufrage sur une nouvelle tentative de Diani (32e), Albi aurait aussi pu rejoindre les vestiaires après avoir réduit la marque, Deville réalisant une belle parade sur un tir de Cazeau (39e).

À la reprise, le rythme a baissé, les actions majeures n'ont pas été légion. Juvisy a géré, Albi a parfois essayé de sortir mais a manqué de justesse dans les transmissions pour se montrer vraiment dangereux. Mateo a clos la marque en concluant une action collective de belle facture (77e). Trois buts, un écart logique vu les forces en présence.

15966165 1411295078883486 77890569987044525 n

Pour le compte de la 12e journée de D1, Juvisy s’est imposé à domicile trois buts à zéro face à l’ASPTT Albi. Une victoire qui s’est dessiné dès la première période avec deux buts inscrits avant la pause.

Cela faisait deux mois et demi que Juvisy n’avait plus connu la victoire en D1. Quatre matches, un nul, trois défaites, et une équipe francilienne irrémédiablement décrochée du haut de tableau. La dernière victoire de Juvisy en D1, fin octobre 2016 c’était déjà face à Albi dans le Tarn.

Un début de match à sens unique
Sur la pelouse du stade George Maquin de Viry-Châtillon, Juvisy a pris rapidement le contrôle des opérations avec dès la deuxième minute de jeu une première frappe dans la surface pour Gaëtane Thiney. Bien placée, Cindy Perrault bloque la tentative de la capitaine juvisienne. Le ballon monopolisé par les joueuses d’Emmanuel Beauchet et Albi retranché dans son propre camp. A la 7e minute, c’est Camille Catala qui teste la gardienne albigeoise mais à nouveau sans succès.

Pourtant, rapidement dans la rencontre, Juvisy enregistre un coup dur avec la sortie sur blessure d’Estelle Cascarino à la 8e minute. Alignée en défense centrale aux côtés d’Aïssatou Tounkara, elle voit Charlotte Bilbaut prendre sa place dans l’axe de la défense tandis que Inès Jaurena entre sur le terrain pour jouer au milieu.

Une minute plus tard, Juvisy ouvre le score par Théa Greboval. La latérale gauche de la Juv’ sur la gauche dans la surface place un centre-tir qui trompe Cindy Perrault et finit dans le coin opposé des filets après être passé sous la transversale (9e).

Les parades de Perrault n’ont pas suffi
La pression continue sur le but de l’ASPTT. A la 16e minute, Diani est à la réception d’une longue transversale et parvient à sauver le ballon de la sortie de but côté droit. Elle centre ensuite vers Annaïg Butel, qui est gênée par une défenseure d’Albi et ne peut reprendre correctement le ballon. Cindy Perrault peut alors s’interposer.

On retrouve la gardienne albigeoise à la parade dix minutes plus tard devant Clara Matéo. Servie dans la profondeur, Clara Matéo se voit devancée au dernier moment par la sortie de Perrault. Pourtant, Juvisy trouve à nouveau la faille dans cette première période. Le but est cette fois-ci signée Camille Catala. Trouvée dans la surface, elle a le temps de contrôler puis de placer une frappe dans le petit filet opposé (28e).

Une minute plus tard, c’est au tour de Kadidiatou Diani de prendre sa chance. Une première frappe qui passe juste au-dessus de la barre avant une seconde frappe pour l’internationale tricolore à la 32e minute. Elle manque de lober la gardienne albigeoise, mais Cindy Perrault se saisit finalement du ballon tout proche de la lucarne droite.

Beaucoup de tentatives pour Juvisy, mais Albi connaît une bonne période en fin de première mi-temps avec même une situation favorable à la 37e minute avec une frappe de Kimberley Cazeau, qui manque de tromper Céline Deville, suppléée par une défenseure de la Juv’. Au départ, un bon débordement de Laurie Saulnier côté droit et un centre en retrait dans une défense adverse prise de court. Avertissement sans frais pour Juvisy qui rentre aux vestiaires avec un avantage logique.

Clara Matéo enfonce le clou en fin de match
Au retour des vestiaires, Juvisy continue de prendre le jeu à son compte. Face à un bloc adverse très bas, les joueuses de l’Essonne tentent à plusieurs reprises leurs chances de loin, Diani, Thiney, Greboval mais à chaque fois sans succès. Des tentatives souvent non cadrées et qui bute sur Cindy Perrault lorsqu’elles prennent le chemin des filets. C’est le cas à la 65e minute où Clara Mateo reprend le ballon aux six mètres sur une remise de la tête de Diani. Une volée qui trouve sur son chemin les gants de la gardienne de l’ASPTT qui se détend sur sa gauche.

Une résistance albigeoise en seconde période qui trouvera finalement ses limites. A l’entame du dernier quart d’heure. Gaëtane Thiney et Camille Catala combine aux abords de la surface côté gauche. L’action est conclue par une frappe de Clara Mateo qui avait suivi le mouvement et conclue en plaçant le ballon sur la gauche de Cindy Perrault (76e). C’est le deuxième but de la saison pour Clara Matéo, après celui inscrit déjà face à Albi en octobre dernier.

Un troisième but dans une fin de match où le rythme baisse et les approximations se multiplient. La fatigue, l’état du terrain mais aussi une rencontre où l’issue semblait de toute façon scellée. Les dernières tentatives de Juvisy se verront repoussées par Cindy Perrault, à l’image de cette parade de la gardienne internationale U20 à la 90e minute face à Gaëtane Thiney.

Une victoire 3-0, comme au match aller dans le Tarn et Juvisy qui veut désormais retrouver son rang après des mois difficiles. Une volonté qui demande à être confirmé dans le jeu et dans les résultats. A ce titre, le prochain rendez-vous en D1 pour la Juv’ s’annonce autrement plus complexe avec la réception de l’OL début février.

La réaction de Charlotte Bilbaut après la victoire de Juvisy (3-0) face à l’ASPTT Albi. Une volonté de tourner la page et la volonté de se servir de ce succès pour rebondir et relancer la saison de son équipe.

« C’était un match important pour nous. On a renoué avec la victoire aujourd’hui donc très important. Je pense qu’on peut repartir du bon pied maintenant, je pense que y’a eu la qualité aujourd’hui. On a vu vraiment un bon football donc je pense que c’est très bien aujourd’hui. Maintenant, on a pris les points, on repasse quatrièmes donc maintenant on est lancées et on espère faire de bons résultats par la suite. »

«On a eu des occasions, on aurait pu avoir 4/5-0 à la fin du match mais voilà on a déjà mis 3-0 aujourd’hui, le principal c’était de renouer avec la victoire, de retrouver des valeurs. C’est ce qui s’est passé donc c’est très bien. »

Sur le fait d’avoir joué en défense centrale sur ce match (suite à la sortie sur blessure d’Estelle Cascarino à la 8e minute) :
« C’est pour l’équipe donc on s’adapte. Qu’on joue à un poste ou un autre, c’est pas le plus important. Après on a des préférences, c’est sûr mais voilà on s’adapte. Déjà on est sur le terrain, il y en a a qui sont sur le banc donc on va pas se plaindre non plus, parce qu’il y’en a qui sont sur le banc ou en tribunes et qui aimeraient bien jouer donc je pense qu’on a rien à dire et faire ce qu’on nous demande, c’est tout. [De mon côté] je fais ce qu’on me demande, de relancer propre, d’être agressive au porteur donc je pense que ça a été aujourd’hui. »

Sur les dernières semaines et l’enchaînement des mauvais résultats en D1 (quatre matches sans victoire) avant ce succès face à Albi:
« Il y a des moments difficiles dans une année, il y a des moments plus joyeux. Ça arrive. Maintenant, on a renoué avec la victoire aujourd’hui. Maintenant, c’est du passé, on veut voir le futur. Le présent [c’est qu’] on a gagné aujourd’hui, on verra pour la suite. »

Les mauvais résultats ont-ils eu une influence sur les objectifs de Juvisy pour la fin de saison ?
« On veut retrouver cette quatrième place, on veut retrouver ce haut de tableau. Après la Coupe de France est un objectif important pour le club. Donc voilà, à nous de retrouver nos sensations. On a vu qu’on avait des valeurs, on les a toujours eu. Donc voilà, le championnat et la coupe vont être très important par la suite mais ça va être match après match. Aujourd’hui, c’était Albi, le prochain match c’est à Lille donc on prendra ce match quand on le prendra [et] on verra la suite. »

Adolphe Ogouyon (ASPTT Albi) : « Le travail va finir par payer »

cut Ad Ogouyon JUVALBI Nelson Fatagraf

Après le match perdu face à Juvisy, nous avons pris le temps d’échanger avec Adolphe Ogouyon, l’entraîneur d’Albi pour parler de son équipe, qui conserve aujourd’hui l’espoir de se maintenir en D1. Une tâche à la hauteur de l’obstination du coach albigeois.

Cœurs de Foot – Juvisy, ce n’est pas le genre de matches pour faire le plein de points. Comment vous avez abordé cette rencontre ?
Adolphe Ogouyon – On s’attendait à un match difficile mais nous on a besoin de points pour nous sauver. On était pas venus pour faire l’impasse ou faire de la représentation. On était venus vraiment pour prendre des points en sachant que cette année, Juvisy n’est pas aussi étincelant que les années d’avant.

Et puis maintenant, il y a aussi les conditions de jeu. Nous on est une petite équipe de province. Les conditions de jeu, on s’entraîne sur un terrain synthétique de nouvelle génération en demandant aux joueuses de faire circuler le ballon, de pratiquer du beau jeu. Qu’est-ce qu’on peut faire sur ce terrain [du stade George Maquin]. Si on nous considère comme un club de village et qu’on nous fait jouer sur un terrain digne d’un champ de patates, c’est pas à notre avantage du tout.

Bon, il n’y a pas que ça qui explique le résultat. Je pense que Juvisy a bien préparé ce match surtout par rapport à leur défaite à Saint-Étienne en milieu de semaine. On s’attendait à ce que ce soit difficile. Mais bon on s’attendait pas à ce que le terrain nous ait autant désavantagé.

CDF – Les semaines à venir s’annoncent chargées avec les matches reportés, le changement de calendrier…
A.O – Oui, dimanche prochain, on reçoit Soyaux, donc pour un match reporté, un match pour nous qu’il faut absolument gagner pour vraiment nous resserrer au niveau du classement. On reçoit Soyaux, [et] on fera ce que nous devons faire à savoir gagner et retrouver le sourire.

CDF – Cet hiver, vous avez eu aussi du changement avec le départ de Tatiana Solanet à Dijon…
A.O – Oui, c’est le deuxième match depuis son départ, puisqu’il y a eu le match de Coupe [à Montauban] la semaine dernière avec une façon différente de jouer. Et bon pour le moment, on est satisfaits de comment on joue maintenant même si on est appelé à évoluer pour trouver le meilleur compromis possible (…) Aujourd’hui, on pas trop le temps de [beaucoup] préparer les choses mais on a un bon groupe, contrairement à ce qu’on a vu aujourd’hui et qu’on sait que les conditions de jeu ne nous ont pas du tout aidé.

CDF – Avec ce départ, on a l’impression que vous avez donné plus de responsabilités dans le jeu à Myriam Benlazar…
A.O – Techniquement c’est pas mal (…) maintenant, il faut qu’elle se bouge beaucoup plus pour devenir une valeur sûre de la D1. (…) C’est vrai que je l’ai recentré. Avec [Tatiana] Solanet, elle jouait sur le côté, maintenant je l’ai recentré. Maintenant, c’est à elle de prendre ses responsabilités et de prendre aussi le jeu à son compte si elle veut s’imposer à ce niveau-là ou à cette place-là, parce qu’il y a de la concurrence à cette place-là.

On a une recrue, une internationale serbe, [Milica] Mijatovic, qui est pas encore qualifiée mais qui le sera le week-end prochain et après ce sera à moi de faire les choix, des choix cohérents. En sachant que si Mijatovic est convoquée, elle n’a pas 90 minutes dans les jambes puisqu’elle était en vacances il y a encore deux semaines donc voilà… Et puis on a pas fini [de construire] au niveau offensif.

Il faut aussi remarquer que la présence dans l’équipe de Laurie Saulnier [qui joue] sur le côté, ça nous a aussi apporté quelque chose qu’on avait pas avant sur le côté droit. On avait pas de percussion sur le côté droit, tout était orienté sur Kim Cazeau côté gauche. Donc aujourd’hui, on a vu qu’on pouvait bien équilibrer nos attaques même si on a pas produit grand chose aujourd’hui.

CDF – D’ailleurs c’est vrai qu’on pouvait s’attendre à voir Albi jouer ici avec trois défensifs dans l’axe et vous avez le choix de deux lignes de quatre, avec deux milieux défensifs dans l’axe et deux milieux excentrées…
A.O – Déjà, de un c’est ma culture : « Il n’y a pas de matches à l’extérieur », tous les matches sont à gagner et puis nous on a besoin de points donc si on a besoin de points c’est pas en renforçant défensivement qu’on va s’en sortir. C’est en mettant en place une forme de jeu, une organisation qui nous permettent d’aller chercher les ballons hauts et de pouvoir être présents dans la surface. Aujourd’hui ça n’a pas réussi, mais ça réussira sur d’autres matches

CDF – Une de vos tâches, on le sent sur le bord du terrain, c’est de s’assurer, sur et en dehors du terrain, que vos joueuses restent confiantes en elles-mêmes, malgré les résultats et garder en tête l’objectif final du maintien.
A.O – J’ai à ma disposition un groupe très jeune et très travailleur. [Ce sont des joueuses] qui travaillent beaucoup, et elles savent qu’elles travaillent beaucoup. La majorité des joueuses s’entraînent six fois par semaine. Elles savent que le travail, c’est une valeur, le travail va finir par payer. Même si on est dans le dur, dans la grosse difficulté, nous avons confiance, et elles ont confiance en nous. Donc c’est pour ça que pour le moment, il y a pas d’affolement, ni dans l’effectif, ni autour du club

FC JUVISY - ASPTT ALBI: 3 - 0

Arbitre : Vanessa Cruchon

100 spectateurs environ

Buts JUVISY : Greboval (9e), Catala (28e), Matéo (77e).

Juvisy : Deville ; Soyer, Tounkara, Cascarino (Jaurena, 8e), Greboval, Butel, Bilbault, Catala, Thiney (cap), Matéo, Diani.

Albi : Perrault ; Schlepp, Rouzies, Cazes, Arcambal (cap.) ; Cazeau, Cervera, Pantelic, Saulnier (Albert, 82e), Benlazar (Condon, 82e), Martinez Augusto (Gouineau, 68e).

http://coeursdefoot.fr/

photo: Nelson Fatagraf

Article Hichem Djemai @Ashe_De

Toutes les Actualités