Laurie Saulnier, la demoiselle d'Avignon

A 21 ans, Laurie Saulnier, qui devrait débuter le match face à Montpellier comme attaquante cet après-midi, affiche un sourire et un teint éclatants. Ceux d'une jeune femme qui croque la vie à belles dents. Avant de découvrir la cité épiscopale après avoir vécu sa jeunesse dans la cité des papes, à la Clairefontaine s'en allant jouer au football, Laurie a fait un beau parcours footballistique la conduisant en équipes de France U16, U17 et universitaire. Y'a du vécu dans ses crampons.

Mais avant d'en arriver là, elle a virevolté de sport en sport depuis ses 3 ans : danse, patinage artistique, bicross, snowboard, judo, karaté, rollers, gym, et nous en passons ! Si, dans cette énumération, le judo a été le premier sport à canaliser l'énergie débordante de Laurie, elle s'est tout de même fixée au football à 8 ans, sans s'interdire de goûter à d'autres sports.

IMG 1845

Mais le fil rouge était et reste là. Les Angles, petit village du comtat Venaissin, et Monteux, équipe voisine, l'ont accueillie, ce dernier club après ses 3 ans de lycée à Clairefontaine, au centre national du football.

Pendant ces années à Monteux, en D2 puis D1, puis arrivée l'an passé à Nimes, Laurie a bouclé une licence Staps. Mais, Nîmes reléguée en D2, elle est venue à l'Asptt à l'occasion du mercato d'hiver, présente ici depuis début janvier.

Elle se félicite, jusqu'au mois prochain, de pouvoir dispenser des cours de sport aux enfants de certaines écoles primaires de la ville. «Une ville où il fait bon vivre», affirme-t-elle, même si elle n'a pu voir grand-chose avec le tourbillon du travail, des entraînements et des matches. «Mais j'ai participé aux deux victoires à l'extérieur à Metz et à Saint-Etienne», de quoi s'inscrire dans une spirale positive, avec une équipe dont elle connaissait beaucoup d'éléments rencontrés en sélections de jeunes ou universitaires.

 

Des amis de la famille à Gaillac ont facilité son intégration, les premières semaines. «Je sens ici un fort engouement pour le sport dans la ville, où nous, les joueuses, sommes souvent interpellées amicalement. Mais, quand même, pour certains, quand on dit qu'on joue au football, ils nous regardent comme si on avait loupé notre vie» !.»

Toutes les Actualités