Milica Mijatovic, l'attaquante

Longtemps, l'Asptt a pâti de l'absence d'attaquantes, à telle enseigne que l'on pouvait nourrir des inquiétudes sur sa capacité à se maintenir en D1. Le mercato a apporté des changements qui ont tout transformé. Laurie Saulnier et Milica Mijatovic sont arrivées. Et quatre victoires à l'extérieur s'en sont suivies : Metz, Saint-Etienne, Bordeaux, Guingamp, avec l'assurance du maintien, et la probabilité de faire mieux, beaucoup mieux… Milica est Serbe, née à Belgrade, d'une famille non sportive et de parents cadres d'entreprises. Ses deux sœurs aînées sont médecin et économiste.

Elle n'a pas été spécialement précoce en sport, et n'a commencé en club qu'à 11 ans, après avoir été remarquée en scolaires. D'abord au «Lask» du quartier de Lalarevac, elle a rejoint le Red Star de Belgrade, dont elle est devenue la capitaine, après le rachat par ce club, du club de banlieue, pour monter une équipe féminine. Elle a été fidèle au Red Star jusqu'à ses 20 ans, avant de jouer au «Bllk» au Kazakhstan, ce qui lui a permis de disputer trois années de suite la Coupe d'Europe et d'affronter, notamment, le PSG. Revenue au Red Star, elle a obtenu son master en économie, et veut aller désormais jusqu'au doctorat. Celle qui a porté plus de 50 fois le maillot de son pays, tant chez les U19 qu'en seniors, vient de battre récemment 2-1 la Finlande il y a 15 jours. Elle a retrouvé ici Alexander Krstic, qui la manage, comme Cristina Pantelic, qui a longtemps été sa partenaire, tant à Belgrade qu'au Kazakhstan.

Mais le championnat de France est attractif, et ce qui se fait de mieux sur le continent. «J'ai eu une très bonne impression vis-à-vis du club au cours des trois jours d'essais effectués en décembre. J'ai décidé de rester malgré deux offres en Allemagne. J'ai marqué contre Rodez pour le match perdu en coupe, et j'ai marqué le but de la victoire à Saint-Etienne. Actuellement moi et l'équipe sommes en pleine confiance, Deux autres victoires à l'extérieur se sont rajoutées depuis Saint-Etienne. Et on peut envisager encore plus haut avec un résultat à Soyaux». Elle est heureuse, Milica, dans cette équipe et dans cette ville qu'elle trouve belle, reposante, et foisonnante de culture.

M.F.