Manque de réalisme et d'agressivité pour l'Asptt d'Albi

Des efforts certes, mais insuffisants comparés à votre année dernière. Vous devez réagir sous peine de lâcher définitivement le wagon de l'étage supérieur.»

Tel pourrait être l'appréciation annotée en bas du bulletin du premier semestre de l'Asptt Albi. Hier après-midi, les Albigeoises avaient l'occasion de sortir de la zone rouge qu'elles occupent depuis le début du championnat. Occasion manquée et bien manquée, une défaite sèche 4 buts à 1 contre une équipe de Soyaux qu'elles avaient pourtant tenu en échec (0-0) la saison dernière.

Oui mais voilà, l'Asptt Albi version 2016-2017 n'a plus grand-chose à voir avec celle de la saison dernière, mais a plus le profil du cancre installé au fond de la classe. Adolphe Ogouyon, le coach albigeois le concède aisément : «L'année dernière en début de saison, nous marchions sur l'eau. Là le manque de réalisme est criant».

ASPTT soyaux 015

Manque de réalisme et d'agressivité

Manque de réalisme certes, mais manque d'agressivité positive surtout. Le match d'hier vient accréditer ce constat. Pourtant, tout avait superbement commencé pour l'Asptt, Sabrina Barbe ouvrait le score de près au bout de seulement 11 minutes après un bon travail sur le côté droit de Saulnier.

De quoi réchauffer le public de Rigaud qui n'avait plus vu de but des siennes à domicile depuis la saison dernière. Hélas, comme souvent cette année, les périodes de bon et de moins bon s'alternent soudainement.

Cette bonne période albigeoise prenait en effet fin quelques minutes après l'ouverture du score lorsque Bourgouin reprit victorieusement de la tête un centre venu de la gauche.

S'ensuivait alors une longue période de moins bon côté albigeois qui dura… tout le reste du match. Les assauts répétés des Sojaldiciennes ne furent cependant pas récompensés avant la pause notamment à cause de la barre transversale.

Mais dès le retour des vestiaires, Clérac se jouait de deux joueuses d'Albi pour tromper d'un subtil lob, une Cindy Perrault pas au bout de ses peines. La rentrée de Khoury côté albigeois ne permit pas d'inverser la dynamique de Soyaux.

Et c'est tout naturellement que Nakkach, la milieu de l'ASJ venait inscrire le but du break d'une frappe limpide dans le petit filet. Soyaux s'offrant même le luxe de corser l'addition en fin de match par l'intermédiaire de Bourgouin encore elle. Malgré l'ouverture du score très tôt, Albi a encore sombré contre une équipe il est vrai, plus technique et plus agressive mais le constat est sans appel et l'échauffourée dans le temps additionnel illustre la frustration et la déception des Albigeoises. Il faudra vite oublier cette rencontre et rebondir samedi en Coupe de France chez les voisines ruthénoises.

ASPTT soyaux 007

ASPTT ALBI 1-Soyaux 4
M.T : 1-1, 500 spectateurs environ, Arbitrage de Mme Bartnik, assistée de Mr Poux et de Mr. Cebrian

Buts : Albi : Barbe (11') ;

Soyaux : Bourgoin (17',76'), Clérac (46'), Nakkach (71')

ASPTT ALBI : Perrault ; Schlepp ; Cazes ; Arcambal (cap) ; Rouzies ; Pantelic ; Saulnier ; Cazeau ; Cervera ; Martinez ; Barbe

Avertissements : Albi : Cervera (62'), Cazeau (90')

Soyaux : Munich ; Dumont (cap) ; Deschamps ; Awona ; Nakkach ; Clerac ; Babinga ; Bourgoin ; Thibaud ; Blais ; Viana

Remplacements : Albi : Saulnier par Khoury (55'), Barbe par Benlazar (74'), Schlepp par Mitchai (78')

Soyaux : Clérac par Djebbar ( 76'), Bourgoin par Davy (84')

Ogouyon : «On s'est relâché»
Adolphe Ogouyon (entraîneur Albi) :

«C'est une grosse déception, on comptait sur ce match-là pour revivre. On marque plutôt vite, mais derrière ce but, on n'a pas tout fait pour conserver ce résultat ou l'aggraver. Qu'est-ce qu'il nous a manqué ? Déjà un bon terrain et surtout de l'agressivité, car à 1-1 à la pause, les filles sont rentrées au vestiaire décontracté et sont revenues sur le terrain trop confiantes… On s'est relâché et cela nous a coûté cher. Pourquoi nous sommes aussi mal en point par rapport à la saison dernière ? Le calendrier en début de saison était très difficile, on peut dire que notre saison commençait contre Bordeaux. Hélas, nous n'avons pas bien joué ce jour-là et c'est comme si cette défaite n'avait jamais été digérée. On sait depuis le début de la saison que nous avons des carences offensives. Une joueuse comme Solanet nous manque, on le voit à Juvisy par exemple. Concernant Sabrina Barbe, on est très content qu'elle ait marqué, même si elle ne jouait pas à son poste de prédilection. C'est une joueuse très propre techniquement, maintenant, il faut que la mayonnaise prenne avec toute l'équipe. Il va falloir se battre, les filles le savent, partout où il y aura des points on ira se battre pour les prendre. Les points contre Paris ne serviront que si l'on ne descend pas…»

Bernard Espié (président Asptt Albi) :

«C'est une très très grosse déception, on comptait beaucoup sur ce match pour se relancer. Nous sommes abattus mais pas morts. Cela fait mal, on a été dominé mais il faut rester sur une note d'optimisme, les filles vont tout donner, on sait que l'on aura notre chance, il faudra la prendre.»

Juan Parédes (entraîneur Soyaux) :

«Gagner était l'objectif numéro 1, on savait que cela allait être dur, car Albi est une équipe pas évidente à manœuvrer. Nous avons eu la maîtrise même si l'on a perdu quelques ballons. On a su réagir après ce but, il fallait remobiliser les filles à la mi-temps car je sentais qu'Albi, vers l'heure de jeu, allait baisser le pied. On a ensuite réussi à se mettre à l'abri, cela nous permet de nous détacher de la zone rouge. Les joueuses ont manqué quelques occasions, mais je ne vais pas leur en vouloir car c'est la première fois que l'on met 4 buts cette saison, toutes.»

Etienne Théron ( la depeche du midi)

credit photo: Vincent Cere

Toutes les comptes rendu