L'Asptt Albi réalise un gros coup

L'équipe d'Adolphe Ogouyon s'est imposée dans les Côtes d'Armor au terme d'un match de facture moyenne. L'essentiel est tout de même assuré. On raconte parfois que la patience est mère de toutes les vertus. En marquant chacune une fois lors des dix premières minutes, Guingampaises et Albigeoises ont bien cru faire mentir ce dicton, hier. Mais à voir la suite assez terne, sur la pelouse briochine du stade Fred Aubert, il n'est pas impossible que ce départ canon ait surtout été l'arbre qui cache la forêt.

Les premières à s'être mises en valeur furent donc les Bretonnes. Désiré Oparanozie reprit un centre de Faustine Robert venu de la droite et ouvrit le score, tandis que les Jaune semblaient en difficulté en ce début de rencontre (6', 1-0). De toute évidence, après la remontada à Paris, cela aurait pu augurer un match maîtrisé et tranquille pour les protégées de Sarah M'Barek. Le conditionnel est évidemment d'usage puisque juste après, Charotte Lorgeré se fit dépasser, sur un contre, par l'attaquante Pilar Khouri. En retard, la défenseuse costarmoricaine, pourtant habituellement très propre dans ses gestes, concéda un penalty aux six mètres. Penalty transformé par Manon Rouzies, qui ne trembla pas pour placer le cuir à droite de la cage gardée par Maryne Gignoux (1-1, 9').

Pilar Khouri, justement, fit à nouveau très mal aux Rouge-et-Noir en seconde période. Alors que ses coéquipières étaient plutôt dominées, sans être vraiment inquiétées non plus, elle élimina une arrière-garde passive avant de placer, avec sang froid, le ballon sous la goal originaire de Nîmes (57', 1-2). Finalement meilleures aux extrémités du terrain, du moins plus efficaces, les Occitanes se sont par conséquent imposées contre un En Avant décevant.

Ogouyon : «Le plan de jeu a été respecté»
«Aujourd'hui, nous n'avons pas montré notre meilleur visage mais on a réussi à faire déjouer les Guingampaises. On voulait les aspirer pour mieux les contrer derrière. Cela a fonctionné même si, parfois, nous nous sommes précipitées. Mentalement, les filles ont été très fortes. Notre bloc défensif a été solide. D'ailleurs, nous avons peu vu les attaquantes adverses. Globalement, le plan de jeu a été bien respecté, bien que nous ayons été hors-sujet sur la maîtrise du ballon. Nous avons été hyper réalistes.»

Toutes les comptes rendu